Saint Grégoire Palamas et la mystique orthodoxe – Jean MEYENDORFF

Saint Grégoire Palamas et la mystique orthodoxe – Jean MEYENDORFF

9782020526425

Saint Grégoire Palamas et la mystique orthodoxe L’hésychasme est le cœur de la tradition spirituelle de l’Eglise orthodoxe. Dans la contemplation, par la prière du cœur où est invoqué sans relâche le nom de jésus, l’hésychaste, ermite placé sous la direction d’un maître, tente de créer en lui-même la paix intérieure. Ce petit livre est devenu un classique. Jean Meyendorff y déroule, autour de Grégoire Palamas (1296-1359) qui en est la grande figure et le théoricien au Moyen Age, toute l’histoire de la mystique orthodoxe des origines à nos jours. Ce livre, issu de la collection  » Maîtres spirituels « , comporte une chronologie, un index des noms propres et une bibliographie mise à jour.   Sommaire La tradition spirituelle des moines d’Orient Evagre le Pontique et la prière pure Macaire et la mystique du cœur La prière de Jésus Doctrine de la déification : Grégoire de Nysse et Maxime Syméon le Nouveau Théologien L’hésychasme byzantin aux XIIIe et XIVe siècles Grégoire Palamas, théologien de l’hesychasme Les jeunes années La controverse avec Barlaam et Akindynos Une théologie de l’hésychasme Un existentialisme chrétien L’hésychasme après Palamas En Orient chrétien du XIVe siècle à nos jours La tradition hésychaste en Russie

Livre proposé par Franck ABED.

 

Saint Grégoire Palamas et la mystique orthodoxe – Jean MEYENDORFF

Aux jeunes gens – Saint BASILE

Aux jeunes gens – Saint BASILE de Césarée

1507-1

Saint BASILE le Grand,

Le IVe siècle fut, dans l’histoire du christianisme, une période aussi décisive que trouble : hérésies, sectes et schismes se multiplient, tandis que le paganisme brille de ses derniers feux. Dans ce contexte de guerre idéologique, l’école est un lieu essentiel et reste cependant l’un des bastions du paganisme. Que faire de l’héritage légué par la littérature païenne ? Telle est la question posée aux écrivains et formateurs chrétiens. Dans ce bref discours, peut-être écrit pour ses neveux, Saint Basile propose un florilège de textes profanes, destinés aux jeunes chrétiens, ainsi que la manière dont ils doivent être interprétés. Ces lignes révèlent, derrière la ferveur religieuse, celle, littéraire, de l’évêque, pour les lettres latines et surtout grecques.

Notre édition présente en un volume ce court traité. La longue introduction fournit une biographie de l’évêque de Césarée, ainsi qu’un vaste panorama, tant historique que littéraire, du IVe siècle. L’histoire du manuscrit et les choix relatifs à l’établissement du texte sont brièvement exposés. Des notes accompagnent la lecture et sont développées, en fin d’ouvrage, par des notes complémentaires. L’édition est en outre enrichie d’un index. Texte établi et traduit par Fernand Boulanger.

Livre proposé par Franck ABED.

Aux jeunes gens – Saint BASILE

Commentaire sur l’Évangile de St Matthieu – Saint Jean CHRYSOSTOME

Commentaire sur l’Évangile de St Matthieu – Saint Jean CHRYSOSTOME

9782360401178

Saint Jean, la bouche d’or

Saint Jean Chrysostome commente dans ses sermons, l’évangile selon saint Matthieu. Ces 90 homélies ont toutes été prononcées à Antioche entre 390 et 398. « Saint Jean bouche d’or », y montre une invention, une éloquence et une sagacité inégalées. Le grand prédicateur cite le texte verset par verset puis en fait ressortir le sens. Toutes les homélies se terminent par une exhortation morale très concrète, dans laquelle l’orateur fait à son auditoire l’application de la doctrine qu’il vient de lui exposer. À propos de ces sermons, saint Thomas d’Aquin n’hésitait pas à affirmer « qu’il attachait plus de prix à l’ouvrage de saint Jean Chrysostome sur saint Matthieu, qu’à la possession de toute la ville de Paris ». L’auteur : Saint Jean Chrysostome est né à Antioche vers 344. En 397, il succède à Nectaire comme archevêque de Constantinople, déposé illégalement en 403 à cause de sa grande rigueur, il doit partir en exil où il meurt le 14 septembre 407 près du Caucase. Réhabilité dès 438 par le Pape Innocent, son corps est ramené triomphalement à Constantinople. Il est l’un des quatre plus grands Pères de l’Église. Saint Jean Chrysostome commente dans ses sermons, l’évangile selon saint Matthieu. Ces 90 homélies ont toutes été prononcées à Antioche entre 390 et 398. « Saint Jean bouche d’or », y montre une invention, une éloquence et une sagacité inégalées. Le grand prédicateur cite le texte verset par verset puis en fait ressortir le sens. Toutes les homélies se terminent par une exhortation morale très concrète, dans laquelle l’orateur fait à son auditoire l’application de la doctrine qu’il vient de lui exposer. À propos de ces sermons, saint Thomas d’Aquin n’hésitait pas à affirmer « qu’il attachait plus de prix à l’ouvrage de saint Jean Chrysostome sur saint Matthieu, qu’à la possession de toute la ville de Paris ».

Livre proposé par Franck ABED.

Commentaire sur l’Évangile de St Matthieu – Saint Jean CHRYSOSTOME

Commentaire sur la Genèse – Saint Jean CHRYSOSTOME

Commentaire sur la genèse – St J. Chrysostome

1540-1

Saint Jean, la bouche d’or.

La Genèse, premier livre de la Bible, contient le récit des origines du monde créé par Dieu, puis de l’humanité. Sa présentation du peuple hébreux, des générations qui se succèdent et des alliances contractées entre Dieu et les fondateurs de ce peuple en font un récit fondamental de l’Ancien. Dans ces 67 homélies, prononcées en 388, le grand Père de l’Église, saint Jean Chrysostome, éclaire ce texte grâce à ses explications lumineuses. La vie des premiers patriarches – Noé, Abraham et Isaac – est ici expliquée et détaillée. Chacun y puise des leçons pour sa propre existence et découvre la richesse spirituelle de ce texte de la Genèse, quelquefois déroutant. Grâce à ce commentaire très actuel, le lecteur redécouvre le récit fondateur de la Bible. Saint Jean Chrysostome est né à Antioche vers 344. En 397, il succède à Nectaire comme archevêque de Constantinople, déposé illégalement en 403 à cause de sa fermeté, il doit partir en exil où il meurt le 14 septembre 407 près du Caucase. Réhabilité dès 438 par le Pape Innocent, son corps est ramené triomphalement à Constantinople. Il est l’un des quatre plus grands Pères de l’Église. La Genèse, premier livre de la Bible, contient le récit des origines du monde créé par Dieu, puis de l’humanité. Sa présentation du peuple hébreux, des générations qui se succèdent et des alliances contractées entre Dieu et les fondateurs de ce peuple en font un récit fondamental de l’Ancien Testament. Dans ces 67 homélies, prononcées en 388, le grand Père de l’Église, saint Jean Chrysostome, éclaire ce texte grâce à ses explications lumineuses. La vie des premiers patriarches – Noé, Abraham et Isaac – est ici expliquée et détaillée. Chacun y puise des leçons pour sa propre existence et découvre la richesse spirituelle de ce texte de la Genèse, quelquefois déroutant. Grâce à ce commentaire très actuel, le lecteur redécouvre le récit fondateur de la Bible.Saint Jean Chrysostome est né à Antioche vers 344. En 397, il succède à Nectaire comme archevêque de Constantinople, déposé illégalement en 403 à cause de sa fermeté, il doit partir en exil où il meurt le 14 septembre 407 près du Caucase. Réhabilité dès 438 par le Pape Innocent, son corps est ramené triomphalement à Constantinople. Il est l’un des quatre plus grands Pères de l’Église.

Livre proposé par Franck ABED.

 

Commentaire sur la Genèse – Saint Jean CHRYSOSTOME

Les livres de la foi – Saint AUGUSTIN

Les livres de la foi – Saint AUGUSTIN

9782360402007

Augustin d’Hippone, un génie universel.

Saint Augustin est né à Tagaste (actuelle Souk Ahras en Algérie)le 13 novembre 354. Après avoir entendu les sermons de saint Ambroise, il est baptisé durant la vigile de Pâques en avril 387. Philosophe, théologien, prêtre, il devient évêque d’Hippone en395. Il prêche, rend la justice, veille au soin des orphelins et des pauvres, visite les malades, organise des monastères. Il est l’un des quatre plus grands Pères de l’Église et meurt à Hippone le28 août 430. Les Livres de la Foi écrits entre 393 et 413, réunis dans cet ouvrage forment un ensemble d’une grande valeur pédagogique. Par des mots simples, l’évêque d’Hippone nous livre l’essentiel. Esprit d’une clarté exceptionnelle, « on ne peut, selon le pape Pie XI, lui comparer presque personne, ou tout au moins très peu de ceux qui sont nés sur cette terre depuis le commencement du monde jusqu’à aujourd’hui. » – Dans le premier livre, De la foi dans les choses que l’on ne voit pas, saint Augustin explique clairement comment il est possible de croire sans voir et souligne l’importance de cette « foi digne d’éloge. » – De la foi et du symbole évoque et commente chaque article du Credo pour éclairer le mystère qu’il contient. – Dans De la foi et des oeuvres, il expose les conditions d’accès au baptême et la manière d’initier les catéchumènes aux mystères de la foi. Un enseignement toujours très actuel et pédagogique pour connaître le contenu de la foi chrétienne. Ecrits entre 393 et 413, les trois Livres de la Foi réunis dans cet ouvrage forment un ensemble d’une grande valeur pédagogique. Par des mots simples, l’évêque d’Hippone nous livre l’essentiel. Esprit d’une clarté exceptionnelle, « on ne peut, selon le pape Pie XI, lui comparer presque personne, ou tout au moins très peu de ceux qui sont nés sur cette terre depuis le commencement du monde jusqu’à aujourd’hui. » – Dans le premier livre, De la foi dans les choses que l’on ne voit pas, saint Augustin explique clairement comment il est possible de croire sans voir et souligne l’importance de cette « foi digne d’éloge. » – De la foi et du symbole évoque et commente chaque article du Credo pour éclairer le mystère qu’il contient. – Dans De la foi et des oeuvres, il expose les conditions d’accès au baptême et la manière d’initier les catéchumènes aux mystères de la foi. Un enseignement toujours très actuel et pédagogique pour connaître le contenu de la foi chrétienne.

Livre proposé par Franck ABED.

Les livres de la foi – Saint AUGUSTIN

La cité de Dieu – Saint AUGUSTIN

La cité de Dieu – Saint AUGUSTIN

fic13787hab40

Augustin d’Hippone, un génie universel.

Quand Rome est mise à sac (410 ans ap. J.-C.), un soupçon naît chez les Romains adversaires du christianisme : serait-il responsable du déclin de Rome ? Augustin relève le défi de cette interrogation. La force et l’originalité de La Cité de Dieu consistent à proposer un principe pour éclairer le jugement, pour comprendre des événements inédits qui instaurent de nouveaux équilibres. Augustin distingue en effet entre le devenir de deux cités : la cité de Dieu et la cité terrestre. Leur destin ne doit pas être confondu : le règne du Christ et la domination terrestre ne sont pas la même chose. La paix de dieu et celle des hommes ne se recouvrent pas. La cité de Dieu est certes présente dans l’Église, et donc dans le monde : elle n’y est pas « réalisée » et ne le sera jamais. Bien au contraire, la cité de Dieu représente un principe critique par rapport à la cité de la terre. En celle-ci, tout – y compris donc l’empire romain – doit être relativisé, même si, dans la perspective du Jugement dernier, tout garde une valeur unique. Le chrétien vit dans cette ambiguïté, constitutive pour lui, de deux histoires. Les résonances politiques, religieuses, culturelles de La Cité de Dieu, dont c’est la première traduction intégrale en « poche », ont été immenses dans l’histoire de l’Occident.

Livre proposé par Franck ABED.

La cité de Dieu – Saint AUGUSTIN

Confessions – Saint AUGUSTIN

Confessions – Saint AUGUSTIN

les_confessions

Augustin d’Hippone, un génie universel.

Les Confessions, composées au cours des années 397-400, ont été l’un des livres de chevet de l’Occident. Autobiographie lyrique – la première d’une telle ampleur et d’un tel éclat – elles orchestrent une symphonie de thèmes dont les siècles successifs n’ont cessé de s’enchanter : l’inquiétude constitutive de l’homme, le poids de l’enfance, les orages de l’adolescence, la pression du passé sur le présent, la chaîne des habitudes, le vague des passions, les séductions des amitiés et des amours, les prestiges du théâtre, la présence originaire du mal, les profondeurs de la mémoire, le mystère du temps, l’errance spirituelle et la proximité de Dieu. La traduction d’Arnauld d’Andilly (1649-1671) est un monument du français classique.

Livre proposé par Franck ABED.

Confessions – Saint AUGUSTIN